800-888
La création d'entreprise

Comment créer une entreprise en 2019 ?

Selon les chiffres révélés par l’INSEE en 2019, il y a 4 495 383 entreprises en France. Un an plus tôt, la création d’entreprises avait atteint un niveau record avec 691 000 structures créées, soit 17% de plus qu’en 2017. Ce dynamisme est principalement dû aux mesures juridiques et administratives qui ont démocratisé et rendu plus accessible l’entrepreneuriat. Si vous souhaitez également suivre cet itinéraire exigeant et passionnant, suivez le guide ci-dessous.

#1 Trouver une idée

Avant de se lancer dans une carrière d’entrepreneur, il est conseillé de suivre une formation en création d’entreprise, et de choisir une idée pour votre projet. Celle-ci doit être innovante et capable de résoudre un problème, de répondre à un besoin ou d’offrir un produit rare sur le marché. Pour en identifier les aspects, vous pouvez consulter des forums ou des groupes sur les réseaux sociaux, faire des enquêtes sur Internet ou dans la vie réelle. Vous pouvez également tester sa faisabilité en la soumettant au questionnaire suivant :

  • Vos produits et services sont-ils utiles ?
  • Quel est le type de profil qui le mobilise ?
  • Qui sont vos concurrents ?
  • Comment comptez-vous adapter votre entreprise aux réalités du marché ?

#2 Elaborer un business plan

Avant d’entamer les démarches administratives, vous devez rédiger un business plan qui guidera votre projet de la phase de démarrage à son implantation. Ce document doit être préparé en fonction de la nature de l’entreprise que vous avez l’intention de démarrer. En effet, si la création de celle-ci nécessite le soutien financier d’un investisseur ou d’une organisation (banques, sociétés de crédit, etc.), le business plan doit être long et comporter toutes les sections qui peuvent convaincre les investisseurs de la validité de votre idée. S’il s’agit d’une entreprise autofinancée, vous pouvez élaborer un business plan d’une page dans lequel vous résumez vos besoins financiers, matériels et logistiques.

#2 Choisir un statut juridique

Après l’étape de l’analyse, le moment est propice à la pratique. Mais avant de commencer votre activité, vous devez choisir un statut juridique pour votre entreprise. Ces derniers peuvent prendre diverses formes :

  • Micro-entrepreneur ;
  • Société anonyme (SA) ;
  • SARL (société à responsabilité limitée) ;
  • EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) ;
  • EURL (une SARL avec un seul associé) ;
  • SCOP (société coopérative de production) ;
  • SNC (société en nom collectif) ;
  • Etc.

Une fois ces étapes franchies, il vous suffit de choisir un local pour votre entreprise et de trouver des fournisseurs si vous vendez des produits physiques.

Préparer le métier de chargé d’études techniques après le bac

L’ingénierie fait partie des secteurs les plus rémunérateurs en France, mais aussi un peu partout dans le monde. Il est possible d’accéder aux métiers de l’ingénierie avec un bac+2/+3, mais nombreux sont ceux qui exigent un diplôme de niveau bac+5, compte tenu du niveau de compétences techniques et scientifiques exigées pour exécuter certaines missions. Découvrez dans cet article le métier de chargé d’études techniques.

En quoi consiste ce métier ?

Si vous vous demandez que faire après le bac, le métier de chargé d’études techniques est souvent accessible avec un bac+2. Connu sous l’appellation d’Ingénieur d’études ou encore d’Ingénieur conception, cet ingénieur s’intéresse essentiellement à la production des études techniques dans son domaine de spécialité, en prenant en compte les spécificités du projet de son client. Sa mission consiste à étudier un produit afin de lui apporter des améliorations ou des innovations qui vont davantage lui permettre de répondre aux attentes des consommateurs.

Le chargé d’études techniques cherche en permanence de nouvelles solutions ou un meilleur rapport qualité-prix pour contribuer au développement de l’activité de son client. Pour atteindre ses objectifs, il dispose d’un certain nombre de qualités telles que le sens de l’innovation, le travail en équipe, la rigueur, la créativité, le sens de l’organisation ou encore la prise de décision.

Quelles sont les principales missions d’un chargé d’études techniques ?

Elles peuvent  varier légèrement en fonction de la spécialité de l’ingénieur. Mais de façon générale, ses activités tournent autour de :

  • la production d’études techniques d’un projet dans le respect des coûts et des délais ;
  • l’élaboration des solutions techniques adéquates, à partir d’un cahier des charges ;
  • l’encadrement des techniciens et le pilotage des sous-traitants (si nécessaire) ;
  • l’apport en expertise et diagnostic technique ;
  • la gestion des livrables attendus ;
  • reporting…

Comment devient-on chargé d’études techniques ?

Le poste est accessible avec un diplôme d’ingénieur et une formation spécialisée dans un domaine spécifique ; la mécanique, le génie civil, l’environnement… Vous pouvez aussi y accéder avec un bac+2/3 en mécanique, en génie civil ou en conception.

Une représentation des composantes du management stratégique

Management Stratégique : la voie idéale vers l’emploi ?

Au sein d’un monde entrepreneurial en constante évolution, les décideurs cherchent de plus en plus des jeunes diplômés en gestion d’administration, notamment pour s’occuper de leurs firmes et cabinets de conseil. Cette carrière est en effet ouverte sur plusieurs horizons, c’est donc naturel que ses perspectives de développement soient plus amples. En quoi consiste donc la formation de gestion ou management stratégique des entreprises ? Et quelles sont ses avantages ?

En quoi consiste la formation en management stratégique ?

Tenant compte de sa richesse en tant que formation polyvalente, opter pour une ecole de management pour étudier un mastère en gestion stratégique assurera sans équivoque au jeune diplômé une embauche rapide et efficace. Pour expliquer cela, il suffit d’énumérer les matières qui composent ce cursus de 2 ans. Entre le droit, la fiscalité, le management financier, l’anglais des affaires, la communication et le business électronique, l’étudiant acquerra les outils pratiques et théoriques nécessaires pour démarrer une carrière professionnelle réussie, une fois le diplômé décroché.

Généralement, les contenus qui composent les formations en management ou gestion stratégique des entreprises sont :

  • L’Economie : ça sert à bien comprendre la conjoncture économique internationale et ses principaux enjeux et défis ;
  • Le Droit : la connaissance du cadre légal autour duquel s’organisent les activités de l’entreprise ou le cabinet de conseil permet de mener à bien ses tâches en tant qu’administrateur, directeur commercial ou responsable de projets ;
  • La gestion administrative : utile pour définir le cadre général du fonctionnement de l’entreprise ;
  • L’anglais spécialisé en tant que langue des affaires. La terminologie technique relative à chaque contexte professionnel est aussi présente dans ce cursus.

Quels sont les points forts de la spécialisation en management stratégique ?

Il existe une pléiade de raisons qui font du management stratégique le choix idéal pour terminer ses études, autant dire que cette carrière jouit de plusieurs avantages, dont ce qui suit :

  1. L’acquisition de l’esprit entrepreneurial : dans un environnement changeant et un secteur en constante évolution, l’esprit entrepreneurial est l’un des atouts les plus exigés par les recruteurs ;
  2. L’étude du fonctionnement des organisations et entreprises : se spécialiser en management administratif permet de comprendre le mode de fonctionnement des entreprises, notamment à travers les stages que comprend le cursus. Ceci est essentiel pour se familiariser avec ce champ d’activité et savoir trouver la solution à chaque problème qui s’y attache ;
  3. L’apparition de plusieurs opportunités professionnelles : le large éventail de spécialisation qu’offre ce domaine, permet d’avoir un embarras de choix au niveau des futures postes à pourvoir. D’où l’importance de passer tout d’abord par une formation à la fois complète et pratique ;
  4. La création de sa propre entreprise : surtout en se servant des connaissances acquises lors de son cursus estudiantin. En effet, sont nombreux les jeunes diplômés qui décident de monter leurs propres projets. C’est donc l’occasion idoine pour gérer ses affaires et récolter les fruits de son propre succès ;
  5. Des compétences et atouts en leadership : il est pratiquement impossible d’assurer efficacement la gestion d’une entreprise sans disposer d’un ensemble de compétences liées au leadership, en vue de les appliquer au niveau de l’organisation et le management en général. La motivation, la forte personnalité et l’efficacité sont autant d’atouts qui constituent la pierre angulaire du leadership ;

Le développement du sens de responsabilité : des aspects comme la responsabilité sociale corporative ou l’économie alternative se considèrent comme les principaux axes que tout bon gestionnaire administratif est censé développer.

s'orienter après le bac

Quelles études après un bac ?

Terminé le lycée ! Après l’obtention du bac vient le moment de s’orienter vers le domaine qui vous plaît le plus. Que ce soit sur Parcoursup ou au sein d’écoles privées, il est parfois difficile de savoir que faire après un bac ES, un bac L voire un bac S regardons de plus près les possibilités qui s’offrent à vous.

Des études supérieures plutôt courtes

Si vous souhaitez continuer des études supérieures mais que vous ne vous voyez pas continuer au delà de quelques années, les formations bac +2 sont peut-être la solution idéale pour vous.

Le BTS pour la rigueur

Le BTS, ou Brevet de Technicien Supérieur, est un diplôme de niveau bac +2 reconnu. Deux années d’études que vous allez effectuer dans un lycée, qu’il soit général ou privé ! L’environnement sera alors différent de à son cousin, le DUT. Les élèves de BTS sont obligés d’assister à tous les cours, et résultent le plus souvent par un stage de découverte à la fin de la première année, et un autre stage professionnalisant à la fin de la seconde année.

À la sortie d’un BTS, vous serez donc tout à fait apte à intégrer le monde professionnel, puisque vous aurez déjà de l’expérience, contrairement à une formation classique en université.

Le DUT pour l’autonomie

Le DUT, ou Diplôme Universitaire Technologique, est similaire au BTS. Une des différences notoires est le fait que vous évoluerez dans le monde universitaire et non dans un lycée. Cela présente bien des avantages, mais vous aurez également un peu plus d’autonomie : les cours ne sont, même si cela tend à disparaître, tous obligatoires. Les DUT présentent également un à deux stages sur l’ensemble de la formation.

De la même façon que le BTS, le DUT vous permettra de pouvoir trouver un emploi directement à la sortie de l’école : vous aurez acquis un certain nombre de compétences techniques grâce aux cours, et professionnelles grâce à votre expérience en entreprise.

Des études supérieures plus longues

Vous avez également la possibilité de continuer vos études supérieures en intégrant une licence (3 ans après le BAC), un Master (5 ans après le BAC) voire même un doctorat (8 ans après le BAC).

On estime que des études supérieures plus longues permettent d’obtenir une rémunération plus élevée, puisque le niveau de connaissances est supérieur.

Chercher vers quelle type de formation s’orienter après le baccalauréat peut être particulièrement compliqué, et il est vite arrivé de se faire submerger d’informations. Heureusement, des sites spécialisés centralisent l’information et permettent de trouver des formations, stage, contrat d’apprentissage ou de professionnalisation sans difficulté.

Etudier dans la ville de Paris

Etudes supérieures à Paris : des pistes pratiques pour les bacheliers

Poursuivre ses études supérieures à Paris ou dans la région parisienne est très passionnant, mais il n’a jamais été facile, aussi bien pour les étrangers que pour les Français même, notamment ceux issus d’autres régions. Parfois c’est le calvaire quotidien auquel les nouveaux étudiants se confrontent. A cela s’ajoute la rude tâche de décider de quelle filière se spécialiser. En voici quelques pistes pratiques…

Paris, le berceau éternel de la culture

Avec un total de 400.000 étudiants, dont 35% proviennent d’autres régions françaises, Paris est la première ville de l’Hexagone à accueillir des étudiants et la deuxième au niveau mondial, aussi bien pour les étrangers que les nationaux. Elle est le berceau d’une vie estudiantine moderne et épanouie et la destination « culturelle » prisée par les étudiants, de toutes classes confondues, qui souhaitent y étudier ou travailler et s’y installer par la suite. Cette vie cosmopolite par laquelle est caractérisée Paris crée une certaine diversité et convivialité certes, mais elle est aussi à l’origine de l’apparition d’une brèche sociale difficile à colmater, surtout pour les provinciaux qui se voient, quelques fois, comme des personnes « isolées » des Parisiens.

Par ailleurs, la Capitale attire les jeunes bacheliers non seulement pour la qualité de ses études mais aussi pour la qualité de vie qu’elle offre à ses affluents parmi les étudiants. En effet, cette ville mondaine et cosmopolite est très active en termes de culture ; des spectacles sont organisés presque chaque jour, des pièces de théâtre d’amateurs se présentent dans plusieurs salles de la ville, les concerts de musique n’en manquent pas. Bref, c’est l’exemple de métropole qui allie parfaitement études et loisirs.

Commerce, le plus grand secteur d’activité en France

Le commerce est le plus grand secteur, pourvoyeur d’emploi en France. Avec 544.000 de postes prévus d’ici fin d’année, l’avenir est entre les mains de ceux qui optent pour l’un des métiers liés à ce secteur d’activité. Se faire donc carrière en Commerce s’avère prometteur, d’autant plus si le choix de la formation initiale ou en alternative est bien réfléchi.

Choisir une ecole de commerce Paris c’est tracer son avenir, plus encore quand son programme évolue en fonction des tendances du marché, du secteur d’activité lui-même et surtout, des exigences du marché de l’emploi en termes de nouveaux d’atouts et compétences.

La dimension internationale de la formation est loin d’être dédaignable, surtout que ce domaine implique la connaissance et l’ouverture sur d’autres marchés, clients et cultures. Des aboutissements qui ne peuvent être possible qu’en présence d’échanges interculturels offerts par l’établissent à ses apprenants, dans le cadre de séminaires ou rencontres dans d’autres pays du monde.

Brainstorming pour entreprendre dans le luxe

Entreprendre dans le luxe : mode d’emploi

Le secteur du luxe, marché en pleine expansion attire de plus en plus d’entrepreneurs à travers le monde. À l’origine européen, le luxe s’est progressivement étendu, notamment au niveau des marchés asiatiques et l’on retrouve désormais un nombre important d’entrepreneurs souhaitant s’y implanter en vue de créer leurs propres entreprises de luxe.

Dans cet article, nous vous expliquons comment vous lancer dans la création d’une entreprise dans le domaine du luxe.

Entreprendre dans le luxe, à quel coût ?

Il faut savoir que se lancer dans le secteur du luxe demande un investissement financier relativement conséquent. En effet, pour faire sa place, il est nécessaire de choisir le lieu stratégique où installer son activité, c’est-à-dire au niveau des quartiers plus aisés où l’on retrouve une population ayant les moyens de s’offrir des produits haut de gamme. Cela va donc impliquer automatiquement des frais de loyers plus élevés au niveau du choix des locaux entre autres. Ainsi, l’investissement financier est un critère déterminant lorsque l’on envisage d’intégrer ce milieu.

Comment s’imposer ?

Afin d’avoir le meilleur bagage pour développer son business dans le luxe, une formation adapté est nécessaire, dès la sortie du baccalauréat il est possible de se lancer dans un bachelor luxe, puis un master. Cette formation va permettre de maîtriser tous les éléments nécessaires à la mise en place d’une entreprise dans le secteur. Une fois diplômés, il existe plusieurs organismes qui accompagnent les jeunes entrepreneurs pour une insertion réussie dans l’univers entrepreneuriale. Cependant, pour percer dans le milieu du luxe, il faut savoir être patient, car cela demande beaucoup de temps de se démarquer des concurrents. C’est pourquoi, il est devenu essentiel d’avoir une stratégie efficace au niveau digital, à travers une communication réussie, qui séduit. Or ces compétences sont développées dans le cadre de la formation spécifique au domaine du luxe.

Quelle formation pour entreprendre dans le luxe ?

Pour créer son entreprise dans ce secteur il y a plusieurs étapes à franchir, du dépôt de nom à l’INPI, aux tests de production, en passant par l’étude de marché, les phases sont multiples. Afin de développer un maximum de compétences ce domaine, il est indispensable de suivre une formation adaptée. En se lançant dans un bachelor luxe, puis en poursuivant avec un master luxe, l’ensemble des aptitudes seront maîtrisées pour se démarquer au mieux dans le milieu.

Un exemple de campagne de communication

Mettre en place une campagne de communication efficace

La communication étant omniprésente dans notre société, les entreprises tentent constamment de mettre en place la communication la plus efficace, c’est-à-dire celle qui aura le plus d’écho et permettra de se démarquer de la concurrence. En effet, les marques s’affrontent pour être celle qui aura le projet le plus original, celui qui permettra d’impressionner le plus grand nombre et attirera un maximum de nouveaux clients. Les professionnels du secteur ont accès et détiennent désormais de plus en plus d’instruments favorisant la création de stratégies innovantes. Mais quelles connaissances faut-il savoir maîtriser pour créer la meilleure campagne de communication ?

Voici les étapes indispensables afin de mettre en œuvre une campagne de communication.

Quel objectif ?

Avant de se lancer dans la mise en place de son projet, il est important de définir, puis de se fixer un objectif précis à atteindre au travers de la campagne. En effet, il s’agit d’un point non-négligeable, que de connaître non seulement ses objectifs, mais aussi ses enjeux, afin de diffuser l’image de marque de manière créative. Il s’agit d’un point essentiel, que tout professionnel du secteur aura appris en bachelor marketing et communication et qu’il sera en mesure d’appliquer automatiquement.

Quelle cible ?

Après avoir fixé l’objectif de la campagne, un autre point indispensable que les professionnels de la communication se doivent de maîtriser dès le bachelor marketing et communication est celui d’identifier la cible, puis de cerner ses besoins et attentes. En prenant compte de cette étape la réalisation de la campagne sera plus influente.

Quel message ?

Pour que la campagne soit efficace et la plus percutante possible, le message doit être clair et simple, il doit attirer l’attention, afin d’être le plus mémorisable possible. Pour cela, il est intéressant de faire jouer les émotions pour avoir plus de puissance.

Quel support ?

Pour finir, lors de la réflexion sur le message, il est nécessaire de penser au support de communication le plus approprié sur lequel celui-ci sera diffusé, afin de toucher l’audience la plus large possible. Ce choix devra s’effectuer en fonction de la cible à atteindre, mais également en tenant compte du budget fixé.

Choisir sa formation

Choisir sa formation : grande écoles ou université ?

L’université et les grandes écoles font toutes parties du système éducatif français, de nature différente, ces deux types d’établissements proposent des formations et des programmes pédagogiques diversifiés. L’université, connue pour ses parcours classiques, accorde une grande priorité à l’interdisciplinarité et la théorie, tandis que les écoles sont orientées vers la spécialisation et les disciplines pratiques. Lire plus